Un malaise dans la fort franaise ?

 

 

La fort franaise ne serait-elle pas soumise une sorte d'inquitude ou de gne rsultant de causes obscures qui ne peuvent se localiser avec prcision sans maladie caractrise

 

Au-del de ces dfinitions du mot  malaise , essayons tout de mme dapprofondir la situation assurment  mal--laise  de la fort franaise.

 

Les chiffres tendant lexplication sont l et ils sont significatifs :

 

1.      La surface forestire est en tout de 36,76% du territoire national dont 8 millions d'hectares en Guyane Franaise et presque 30% en mtropole soit 16 millions dhectares en ce compris les bosquets, les trois quarts de lensemble tant de la fort prive, les deux tiers tant des arbres feuillus ; la fort a donc presque autant d'importance que les terres cultivables au niveau de la surface mais beaucoup moins au niveau du chiffre d'affaire ralis ce qui constitue bien l notre problmatique ; la rcolte annuelle de bois est de lordre de 44 millions de M3 plus ou moins 10 % - , la production biologique annuelle tant estime 85 millions de M3 plus ou moins 15% - , et le volume total de bois sur pied de 2,4 milliards de M3 soit 183 M3 lhectare en moyenne ; le chiffre daffaires de la filire fort-bois est en France de 23,1 milliards deuros dont 600 millions seulement pour lexploitation forestire ; par contre, la valeur de la production agricole est de 67 milliards deuros et celle de lagro-alimentaire de 163 milliards deuros.

La surface forestire est donc importante, la quatrime en Europe derrire la Sude, la Finlande et lEspagne, mais la production est en fonction plutt faible.

 

2.      La balance commerciale de la filire fort-bois Souscrire  Actualits. Les donnes 2016 du commerce extrieur viennent dtre publies par les Douanes. Par rapport lanne 2015, le dficit commercial du secteur fort-bois se dtriore de prs de 150 millions deuros pour stablir -5,4 milliards deuros sur lensemble de lanne 2016 il tait de 6,4 milliards en 2010 - . Ceci est d une stagnation des exportations (+0,2 %) alors que les importations ont continu daugmenter un rythme plus soutenu (+1,1 %). Dans le dtail, le dficit saccrot pour les produits du travail du bois (+8,4 %) et les meubles et siges en bois (+5,6 %) alors quil diminue pour pte, papiers-cartons (-4,5 %). Lameublement reprsente un tiers du dficit, environ deux milliards deuros, en provenance essentiellement de Chine, les papiers et cartons un autre tiers ; les franais consomment environ 150 kgs de papiers et cartons par an et par habitant.

Pour ne parler que de lexploitation forestire, la France serait en relatif quilibre sur lexploitation du feuillus mais est importatrice sur le rsineux raison de 600 millions deuros environ par an.

Au final, lanalyse de la fort est souvent faite au travers de la filire complte, ce qui peut paratre correct mais incorrect la fois, une seconde analyse de pure exploitation forestire parait tout aussi ncessaire.

 

  1. Le prix du bois nest pas la hauteur de ce que devrait tre le rapport dune campagne de rcolte qui dure entre 50 et 100 ans !

Le bois exotique a depuis longtemps tir les prix la baisse, et cela sans avoir respecter les rgles du renouvellement durable de la fort.

A titre dexemple, le prix moyen en monnaie constante des grumes de chne a rgulirement baiss entre 1981 et 1995 ; il a stagn entre 1996 et 2004 ; puis deux remontes en 2005 et 2007 ; en 2007, les prix reviennent en monnaie courante ceux de 25 ans auparavant mais avec une dvaluation de valeur dau moins 30% ; enfin depuis 2012, la hausse est rgulire mais sagit-il dune hausse acquise et dun vrai rattrapage ?

 

  1. Un dilemme existe concernant le march du chne : le chne franais est de qualit, trs recherch pour galement des travaux de qualit le merrain -  ; il sexporte notamment en Chine, mais ceci au dtriment de notre filire nationale du bois ; il sert lquilibre de notre balance commerciale face aux importations de rsineux, mais il dessert la mme balance au niveau des produits manufacturs quand ceux-ci reviennent de Chine limportation en France.

Les scieries franaises, en grande restructuration, ont du mal voir le bois franais partir lexport, sans mme quil leur soit propos

 

  1. LONF fait valoir quil ne reprsente que des forts franaises alors quil ralise les 2/3 des ventes de bois duvre ; voil un autre motif de malaise, de crer une opposition entre le secteur public et le secteur priv de la fort ; les situations en fait ne sont pas comparables ; si elles ltaient, les ventes en France seraient multiplies par 2,67 !!

Voir le tableau comparatif ci-aprs :

 

Distinction

Public et priv

Forts domaniales

Forts prives

Propritaires

Etat

Et collectivits locales

Personnes prives

Et Socits

Grants

Office National des Forts ou ONF

Personnes prives ou professionnels

Experts ou coopratives

Capital

Pas demprunt

Endettement de lONF de 500 millions deuros

Usage des fonds propres

Possibilits ponctuelles demprunts bancaires sur achats ou travaux

Surfaces gres

25% du territoire

75% du territoire

Consistance

Surtout des futaies

Surtout du taillis

Morcellement des parcelles

Qualit

Suprieure

Ambiance forestire ancienne

Variable selon lantriorit et la localisation

Budget ou CA

850 millions deuros

Soit les 2/3 du bois duvre

xx

Rsultats

Ngatif 75 millions deuros

Couvert par lEtat

xx

Fiscalit

Nant Bien de lEtat

Tous les impts

mais avec des allgements fiscaux

en cas dengagement de gestion

Label

Forts dexception

Nant

 

 

 

 

 

  1. La fort prive fait donc le reste, 1/3 du bois duvre, beaucoup de bois de chauffe issus des taillis et de plus en plus de bois-nergie : la taille moyenne en surface de la proprit forestire prive franaise est de 2,9 ha. Les propritaires qui possdent moins de 4 ha, reprsentent 25 % de la surface forestire ; il y a 2,6 millions dunits forestires infrieures 1 hectare. La fort prive est donc handicape par son morcellement. Les CRPF sont chargs de lutter contre celui-ci, les coopratives forestires reoivent des aides pour travailler sur les petites parcelles ; que fait-on en ralit ce sujet ?

 

 

  1. La fort prive est galement handicape par dautres lments : par les frais inhrents aux mutations titre onreux : 6% - titre gratuit assez rgulirement 20% sur un quart de la valeur soit au final 5% - La cration rcente de quatre droits de premption est dapplication assez complexe et ne donnera des rsultats que dans quelques dizaines dannes ; les Safer par principe et sauf exceptions ninterviennent pas dans les transactions forestires - voir larticle L. 143-4-6) du code rural ; les bourses dchange des petites parcelles forestires sont des initiatives encore isoles en Ardche et dans le Limousin ; les gestions collectives dans les plans de dveloppement des massifs ou dans des groupements dintrt conomique et environnemental forestier ou GIEEF crs par la loi davenir du 13 octobre 2014 et le dcret du 4 juin 2016 restent galement rares, un seul notre connaissance dans les Cvennes Ardchoise.

 

 

  1. Les rapports sur la situation de la fort franaise ou sur lensemble de la filire ont t nombreux :

         rapport de B. de Jouvenel de 1978,

         rapport de R. Duroure de 1982,

         rapport de Jean Louis Bianco du 25 aot 1998,

         rapport de J.C. Monin de 2003

         rapport de Dominique Juillot de juin 2003 sur la filire bois franaise,

         rapport de M Jean Puech du 6 avril 2009

         rapport de Jean Yves Caullet, dput de lYonne et directeur de lONF, de juin 2013.

         Le dernier en date est le rapport de Christian Franqueville dput des Vosges de juillet 2015

Le rapport administratif est lune des spcialits franaises ; concernant la fort, nous avons le sentiment dtre rellement meilleurs sur le papier que sur le terrain

 

 

Les conomistes devraient nouveau se pencher sur tous ces rapports, sur toutes ces questions pour tenter de raisonner au global alors que les problmes ne sont voqus et dnoncs que individuellement, subjectivement, pour tenter damliorer un point sans pour cela pnaliser le maillon amont ou aval, pour tenter de concilier la mondialisation et le protectionnisme ; et ainsi tendre, si faire se peut, vers une amlioration gnrale du march.

Les juristes galement devraient pouvoir faire des propositions incitatives une telle amlioration

Pour que la fort franaise se porte assurment mieux lavenir

 

 

Octobre 2017 - YDF